Le Blog de Michel     

Passionné de cyclotourisme depuis "quelques décennies" tout ce qui touche à cette forme de loisir ne me laisse pas indifférent.
Que les sujets proviennent du sommet de notre fédération ou d'un petit club perdu dans les profondeurs de notre douce France, si le sujet mérite l'intérêt ou soulève une réflexion, alors ils serons traités avec le même sérieux.
                        "Et si l'on faisait un Tour" est un exemple parfait de ce que sera cette nouvelle forme de communication.
Ce blog ouvert sur les conseil de notre ami et passionné d'informatique Bob, aura vocation à vous soumettre de temps à autre une réflexion ou un article pouvant avoir de l'intérêt auprès de l'ensemble des "amicalistes"
Ces articles à venir n 'auront qu'une valeur personnelle et ne seront qu'un droit de réponse émis dans  le respect des idées de chacun. En somme, ils n'auront pour but que d'ouvrir une communication et un nouvel intérêt pour notre amicale.
Si l'idée vous séduit, faites jouer votre droit de réponse, positif ou négatif.
En définitive si j'ai accepté cette idée de blog émise par Bob c'est uniquement pour apporter un nouveau pôle d'intérêt à notre amicale, l'idée me parait séduisante.
Très cordialement à tous
Michel C.


14-08-2017

Michel chez lui:  RANDONNEE EN TERRE MORVANDELLE

27-03-2016
 

Lors de notre prochaine rencontre à Seillac en mai prochain, je serai heureux de vous présenter mon denier livre, "Le dernier Voyage"

Bien qu'il sera disponible en librairie, , Fnac et autres espaces médiatiques, (distribué par les éditions Saint Honoré Paris), je me ferai une joie de le proposer personnellement à mes fidèles lecteurs.

D'avance, je vous remercie de l'accueil que vous le réserverez!

Après - Matricule X en héritage - (l'histoire de sa vie sous la tutelle de l'Assistance publique) il se penche sur le parcours de sa mère biologique à laquelle il adresse avec cet ouvrage un vibrant homage. Dans ce récit, il dénonce les injustices d'une société souvent aveugle et indifférente à la misère des petites gens. Une injustice dont il a lui-même souvent eté victime au cours de sa vie. Il insiste et dénonce également une discrimination forcenée à l'encontre des communautés tsiganes, par l'administration française au cours du 19 et 20ème siècle.



















26-02-2015

Objectif: Le Tibet  "ou la passion portée à son apogée"

13-01-2014
CYCLISME ET DOPAGE
Une trop longue cohabitation

 
Dans la normalité de notre vie courante, le problème du dopage ne me passionne pas.
Par manque d’objectivité et par une injustice chronique ciblée sur un sport bien défini, j’ai plutôt tendance à être irrité et révolté devant tant de mépris affiché par quelques chacals du monde médiatique, toujours à l’affût du moindre scandale et avides à vendre du papier ou à faire de l’audimat sur le dos d’un sport typiquement Gaulois. Cette soi-disant lutte contre le dopage, lancée de façon récurrente sur un seul sport, se dévalorise et perd toute crédibilité dans ce cas précis, Dans le contexte actuel et la crise tenace qui s’acharne sur notre pays, il y a hélas bien des sujets plus importants à traiter, lesquels affectent directement notre vie de tous les jours, que l’on soit sportif, actif ou retraité. Pourtant devant l’actualité liée à ce dossier et coïncidence troublante, à seulement quelques jours de la grande boucle, événement sportif reconnu de renommée mondiale, il m’est difficile de rester indifférent aux derniers événements relatant des actes de dopage par des cyclistes dont les faits reprochés remonteraient à plus de quinze ans, d’où quelques réflexions personnelles sur ce dossier.

Je ne cautionne pas la pratique du dopage. C’est une façon malhonnête qui consiste à bouleverser les valeurs corporelles de l’individu par des méthodes artificielles dans le seul but d’obtenir des performances supérieures à ses capacités.
En matière de cyclisme, personne n’est dupe sur les performances et les capacités à se dépasser de nos champions, c’est également vrai pour la totalité du peloton. Le dopage est vieux comme le monde et celui qui mettra fin à cette pratique n’est hélas pas encore né. Ce procédé artificiel est malheureusement une course dans la course, obscur, silencieux et sans classement, censé conduire l’utilisateur vers la gloire et la réussite matérielle. Dans l’antiquité avec les premiers jeux olympiques, l’individu a pris conscience de ses valeurs athlétiques, ainsi que celles de son voisin, conscient des retombées et des avantages qu’il pouvait en tirer. Dès cet instant l’homme avec son intelligence, n’a cessé de rechercher et de trouver la faille qui lui permettrait de dépasser et d’améliorer ses qualités sportives pour être et demeurer le premier et le plus performant. Depuis toujours, le monde est ainsi fait. L’honneur, la gloire et l’argent passent avant l’honnêteté et la morale. Rien de bien nouveau quelque ne soit le domaine d’exercice. Le cyclisme est un sport bien spécifique et demande en fonction de sa particularité un suivi médical approprié. Je ne pense pas que nos sénateurs (auteurs de ce dossier scandaleux) et tous nos politiques en général aient conscience de ce fait. (Bien qu’un peu de sport, pourquoi pas du vélo, serait sans doute bon pour leur santé). Que ce soit au niveau professionnel ou dans les rangs amateurs de haut niveau, ce sport est avant tout un métier. Comme tout ouvrier, chacun l’exerce à sa manière, selon sa conscience et ses propres valeurs professionnelles et morales. De ce constat et dans les suivis médicaux modernes actuellement en usage dans les équipes, il appartient en priorité aux médecins de faire consciencieusement leur travail afin de prévenir et traiter le mal à l’origine, de mettre fin à ce procédé artificiel dans l’intérêt corporel du patient. Hélas, cela n’a pas toujours été le cas.

Les patrons des grandes marques commerciales ont également leur responsabilité dans le comportement de leurs employés. Ils se doivent d’intervenir de manière responsable, le moment opportun et non de façon hypocrite en dénonçant par grand discours médiatique les cas avérés de tricherie trop tardivement, parce qu’ils ne peuvent plus faire autrement. Idem pour les responsables de fédération nationale ou internationale, lesquels crient au loup lorsque la bergerie est vide et les moutons tous mangés. De tels procédés ne sont pas honnêtes, surtout à l’encontre des coureurs dont ils ont la charge, la protection et la gestion. Les médias n’ont-ils pas eux aussi leur responsabilité sur ce douloureux problème en demandant toujours plus de spectacle et des moyennes de plus en plus élevées de façon à faire du sensationnel pour mieux vendre leurs papiers ? Les organisateurs des grandes épreuves en ajoutant toujours plus de difficultés, plus de montagne pour plus de beauté et de spectacle ? Le cyclisme est un sport gratuit par principe mais il faut enflammer les foules pour les inciter à consommer les nombreux produits de référence. Par obligation, les coureurs sont devenus malgré eux, les porteurs et les représentants des nouvelles exigences commerciales de notre monde moderne et du pouvoir de l’argent….
Compte tenu de ces quelques exemples, comment expliquer alors aux cyclistes qu’ils doivent se comporter conformément aux valeurs sportives en vigueur. Qu’ils doivent refuser de se soigner et ne pas prendre tel médicament parce qu’il est interdit sur la liste X de l’agence anti-dopage ! Pourquoi les médecins ne sont-ils pas l’écoute de leur client en cas de besoin pour les conseiller et intervenir pour leur défense auprès des instances administratives chargées des contrôles ? Sur le plan humain, il n’est pas interdit d’admettre que les coureurs cyclistes professionnels sont aussi des hommes soucieux de leur carrière et de leur avenir. Que ces gens aiment leur métier et aspirent de façon légitime à monter dans la hiérarchie sociale de la société.
Si un cycliste n’obtient aucun résultat probant au cours de la saison, que fait alors son employeur ? Avec beaucoup d’égard, pour la forme, il le remercie et l’invite à chercher un autre patron. C’est un système profondément injuste et cruel. Alors pour y échapper, chacun selon sa personnalité et sa morale improvise et cherche la meilleure solution à son problème, celle qui lui apparaîtra la plus appropriée et la plus rentable dans l’instant. Cette hypothèse est-elle plus répréhensible et méprisable que l’action d’un haut fonctionnaire indélicat ?

La seule différence entre les deux personnages est qu’il est plus facile de tendre la main vers la tirelire que de boucler à la force du mollet sept heures de course dans une étape de montagne. Enfin pourquoi s’acharné avec une telle vigueur sur le cyclisme alors que tant d’autres sports ne sont jamais inquiétés ? A-t-on déjà vu des contrôles sur un stade de foot ? Si tel était le cas, quelle serait la réaction des jeunes de nos banlieues ? A-t-on déjà pratiqué des contrôles sur nos grands navigateurs, capables de traverser les océans sans dormir ? « Très mauvaise initiative et image détestable pour nos chantiers de marine de plaisance » ces grands navigateurs de l’extrême, ils ont droit à beaucoup plus d’égards et aux plus hautes distinctions de la nation. C’est un autre monde. Citons également le tennis et bien d’autres encore… Si le dopage est considéré comme une drogue et de ce fait néfaste pour la santé, pourquoi ne pas intervenir aussi énergiquement sur le trafic organisé de nos banlieues ? Beaucoup de questions dont l’absence de réponse irrite, choc et reste incompréhensible. Dans cette triste affaire, laquelle ne valorise pas les auteurs par qui le scandale est arrivé, je reste interrogatif sur la nécessité de sortir un tel dossier précisément à cette date importante pour le cyclisme en général. Circonstances aggravantes, sachant pertinemment que toutes poursuites ou condamnation restent impossibles en raison de la prescription. Je vois dans cette action délibérée, une volonté de nuire et de détruire une image jugée trop populaire, trop France profonde, pour faire simple, trop éloignée du monde footballistique et du sport spectacle en général. Je ne soutiens pas les auteurs de dopage, quels qu’ils soient, et quelque soit leur popularité mais je m’interroge sur le bien fondé et sur l’occupation de nos politiques à traiter de tel dossier, sans intérêt judiciaire puisque sous le coup d’une prescription. Je suis simplement triste de constater que mes impôts sont utilisés et gaspillés en pure perte, dans le seul but de se donner bonne conscience. Oui à la lute contre le dopage dans les rangs cyclistes mais de façon équitable, sans acharnement ni préférence, sans stigmatiser l’ensemble des coureurs :
« Tous dopés, tous pourris »

Bien des catégories professionnelles dans notre société actuelles refusent cet amalgame. Que l’on ai au moins la décence et la réciprocité d’appliquer ce principe au milieu cycliste. A toujours regarder en arrière conformément au politiquement correcte, à vouloir laver plus blanc que blanc, nos responsables donneurs de leçon et de morale finissent par négliger l’avenir et à ne plus avancer au point qu’ils deviennent caricaturaux et se privent de toute crédibilité. Dopé ou non dopé, (où est la limite entre soins et produits interdits) notre peloton cycliste mérite toute mon admiration. Il mérite aussi la présomption d’innocence comme chaque citoyen dans la société Le cyclisme est un sport noble, difficile et exigeant, contraignant, sans commune mesure avec d’autres sports. C’est le sport de ma jeunesse où l’oreille collée au poste TSF j’écoutais les exploits de Copi, koblet, Bobet et autres champions. (Cette époque m’a profondément marqué et m’a sans doute orienté beaucoup plus tard, vers la pratique du cyclisme). « Pourtant déjà à cette époque ils n’avaient pas le privilège d’avoir inventé le système mais ils étaient malgré tout reconnus par tous, comme d’authentiques champions ». Félicitons-nous aujourd’hui qu’il règne encore dans les pelotons des valeurs et une discipline dont beaucoup de sportifs devrait s’inspirer. Portons également un regard différent, serein et réaliste sur ce peloton, ne serait-ce que pour remercier l’ensemble des participants pour la grandeur du spectacle qu’ils nous gratifient: « Volonté, Courage, Ténacité et vérité »

Que l’on puisse encore admirer longtemps ces qualités essentielles et indispensables au sport.
Que le passage du tour de France et quelques autres grandes courses internationales, enchantent encore longtemps petits et grands afin de créer de nouvelles vocations.
Alors peut être, ces nouvelles générations auront-elles conscience de la nécessité à se conduire autrement ne serait-ce que pour préserver leur bien le plus précieux : « leur santé »
C’est mon souhait parce que j’aime le cyclisme malgré ses travers.


 
   
   
 



21/7/2017

 
Commentaire de KIKI-129

bravo Michel c'est en regardant le site du club des 6 cols, 6 jours de vars que j'ai trouvé ce lien
j'ai aussi un petit blog, de mini randos, http://naturerandomontagnelimousin.blog4ever.net/
je suis revenu en Limousin et j'ai pu quitter Limoges pour m'installer à St Sulpice Laurière avec ma femme.
Tu as fais du chemin et en vélo aussi.




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement