Un Grand Tour! - qui fait débat pour qui ??


Dans le Bulletin Annuel 2010 nous avions fait référence à l'article de Michel Savarin publié dans
"Cyclotourisme N° 595" d'octobre 2010, et publier la copie de "la lettre" que nous avions alors envoyée en réponse à cet article.

"Notre lettre n'a jamais été publiée et notre droit de réponse ignoré."

Mais ce qui m'a le plus surpris c'est le manque de réaction aussi bien à l'article initial qu'à la lettre envoyée en réponse, de la part des membres de l'Amicale.. J'ai reçu plusieurs commentaires sur le Tour lui-même , mais rien sur l'article. Peut-être avez-vous pensé qu'il s'agissait de la narration exacte de ce qui s'était passé dans le Tour, et qu'il ne fallait pas en faire un drame ou qu'il ne servait à rien de réagir. Or le Tour 2012 aura besoin de bénévoles, tout comme l'Amicale, car sans eux il n'y a ni Tour ni Amicale.

Nous ne sommes pas les seuls à avoir été traités de cette façon puisque "la réponse du CNO" à elle aussi reçu le même traitement, et je parie que de nombreux courriers, pro ou anti Tour, se sont retrouvés dans la corbeille à papier. Aux yeux du comité de rédaction de la revue Cyclotourisme, il semble que la seule référence autorisée concerne la Semaine Fédérale. On peut donc penser que le courrier et les contributions des membres de la Fédération sont traitées avec le même manque de considération.

Aux yeux de la FFCT le Tour semble avoir perdu tout intérêt. Cela a-t-il toujours été le cas? Nombre d'entre vous ont participé à un ou plusieurs Tours. Avez-vous jamais lu dans la revue des commentaires les concernant ou est-ce la même chose, année après année? Avez-vous jamais envoyé un courrier – pour en faire l'éloge ou pour le critiquer – et qu'en est-il advenu? Je serais intéressé par votre expérience.

Il est possible que le Tour 2010 n'ait pas été un bon crû. Mais pourquoi? Le circuit était très semblable aux autres éditions passant dans les Pyrénées. Les distances légèrement au-dessus de la moyene, la nourriture et le logement très semblable à ce qu'il a toujours été avec en bonus du soleil sur toutes les étapes. Pas de journéees s'enchaînant sous la pluie comme en 1993,, pas de chaleur excessive, pas de neige pour couper les routes comme dans le Galibier en 2000. Que désirer de plus ? Peut-être que ceux des partiipants qui l'ont trouvé trop dur n'avait que 1.500 km de préparation, n'avaient jamais roulé plus de deux jours consécutifs, jamais dormi dans le dortoir d'un lycée agricole, ni mangé dans une cantine scolaire. Est-ce que ce sont ces gens-là qui ont fortement critiqué le “Grand Tour” et que l'on a écoutés en priorité, ou est-ce une façon détournée de critiquer l'évènement en tant que tel?
 

         
    Les Amis du Tour Cyclotourisme FFCT

Certes le Tour cyclo n'est pas un évènement comme les autres, car c'est une dure épreuve mais en même temps une épreuve ouverte à des gens qui parfois travaillent encore, et surtout accessible au plus grand nombre, le chiffre 140 semblant être le chiffre optimum pour les organisateurs. La distance totale en 2010 était grosso modo la même que les autres années, et avec seulement 4 participants qui ont abandonné, le Tour 2010 ne donne pas l'impression d'avoir été trop dur (si l'on exclut les cyclos Chinois!).

Revenir au concept des arrivées groupées me semble dépassé, surtout pour des raisons pratiques. Peut-être avait-on, il y a 20 ans, peur de perdre des participants en route.

Le CNO fait de grands efforts pour inclure les clubs et les CODEP dans l'organisation du Tour, et cette coopération porte souvent ses fruits pour le bon déroulement de l'épreuve. Il est cependant difficile de trouver pendant ces trois semaines des bénévoles prêts à s'impliquer dans chacune des étapes. L'aide locale n'est pas non plus toujours évidente pour les participants, mais essentielle au niveau de l'organisation générale. Les présidents de Ligue qui participent aux réunions régionales et nationales doivent bien savoir que le Tour va passer dans leur région, et l'information doit bien être diffusée depuis le plus haut niveau fédéral dans leur direction. Quelqu'un doit bien être responsible de l'information et s'assurer que les messages sont bien reçus et les actions qui en découlent notées et enregistrées. On nous avait pourtant promis, un an avant le Tour 2010, que la publicité et la communication allaient être renforcées.

Mais regardez aijourd'hui la page d'accueil du site de la FFCT: le Tour 2012 n'est même pas inclus sour la rubrique “Evènements”. Or il me semble que le Tour devrait recevoir au moins autant de publicité que les autres séjours.


Bob - novembre 2010




 

 



Créer un site
Créer un site